Connectez-vous
Partager | Exporter | 2282 vues 

De la Survie à la Folie - Porcherie de la Praz - Vaud - Suisse

Notez
Par : Kate Amiguet | Durée : 6min 9sec | Postée : 09/08/2017 | Chaîne : Animaux
[NOUVEAU SCANDALE -PORCHERIE LA PRAZ - VAUD - SUISSE -ENQUETE ET IMAGES DE MART] 
 
Dimanche 6 août 2017, l’émission de la  RTS Mise au Point revenait sur l’affaire des cochons élevés par le producteur Annen dans des conditions d’une misère insoupçonnée, révélée par la Fondation MART en septembre 2016.
 
Cette vidéo, largement relayée par les médias, avait choqué l’opinion publique qui découvrait, effarée,  la face cachée de l’élevage dans notre canton.
 
Après la rediffusion intégrale du reportage, on retrouve cet éleveur devant une porcherie «dernier cri», flambant neuve, très fier d'être désormais considéré plus comme producteur de biogaz que producteur porcin. L’émission souligne sa faculté d’avoir su rebondir et précise que Coop et Migros, qui avaient cessé de s’approvisionner chez lui suite aux images de septembre dernier, lui ont rouvert leurs carnets de commandes.
Le rideau tombe, applaudissements !
 
Au même moment de cette diffusion, la Fondation MART filmait ses plus horribles images dans une porcherie à la Praz (Vaud-Suisse) dont le propriétaire n’est autre que … M. Annen. On y voit des scènes de cannibalisme entre congénères qui cherchent à manger l’arrière-train de l’un des leurs qui tente vainement de se protéger  du mieux qu’il peut. La moitié des autres cochons ont leurs queues rongées.
 
Ces images, d’une rare violence, aussi insoutenables qu’effroyables sont la preuve que M. Annen continue à détenir des animaux dans des conditions qui les poussent à ce type de comportements dans des porcheries qui n’ont rien à voir avec celle montrée dans l’émission de dimanche.
 
En surnombre, désœuvrés, victimes de la chaleur étouffante de cette troisième canicule de l’été, ces animaux deviennent tout simplement fous.
 
Pour la Fondation MART qui porte plainte pénale, il est impératif que  ce nouvel épisode soit révélé au public et aux consommateurs et que les autorités vétérinaires compétentes interdisent enfin et définitivement à ce producteur de détenir des animaux.